L'encépagement

Les cépages plantés sur le domaine :

Rouges

–Cabernet Franc      21 Ha
–Cabernet Sauvignon   8 Ha
–Gamay                1 Ha
–Grolleau Gris      0.2 Ha 
–Grolleau Noir       13 Ha
–Pinot Noir         0.7 Ha   
–Côt               0.31 Ha
–Pineau d'Aunis    0.30 Ha

Blancs

–Chardonnay        1.5 Ha  
–Sauvignon           2 Ha
–Chenin Blanc     10.5 Ha

 

 


Les sols

Géologiquement notre domaine se situe sur les contreforts du Massif Armoricain (Bretagne), sur un socle de schistes. La spilite et la phtanite qui sont d'origine volcanique sont très souvent retrouvées sur nos terroirs. Nous somme aussi à la limite du Bassin parisien, ce qui fait que nous trouvons également des terrains beaucoup plus calcaires.

La vigne subit l'influence du sol sur lequel elle pousse et du climat de la région. Ces éléments constituent le «terroir». La nature du sol, sa composition chimique et le climat ont une influence sur le raisin, et par conséquent ils influencent les caractères qualitatifs des vins. Le Domaine des Richères se compose d'une grande diversité de terroirs singuliers de la Vallée de la Loire.

La meilleure connaissance et la maîtrise de ses terroirs sont le point central du travail du vigneron.

Ce travail est donc de bien observer toutes ces variations de terroir et de choisir le mode cultural et la vinification optimale afin d'exprimer au maximum les qualités de ce terroir.

Notre exploitation s’étend sur 35 hectares, mais les terroirs y sont multiples. Le terrain accidenté de nos côteaux qui bordent le Layon crée de nombreux microclimats.

On observe sur notre exploitation une variation de terroir (sol, sous sol, exposition) tous les 100 à 200 mètres. De plus chaque cépage réagit différemment à chaque terroir. Ainsi un bon terroir à vin rouge, ne sera pas un bon terroir à Blanc ou à Rosé et vice versa.
La connaissance parfaite des terroirs de la part de nos ancêtres fut ainsi déterminante, car d’après leurs observations, ils ont choisi de planter tantôt un cep de Chenin blanc, ou bien un Cabernet Franc ou un Grolleau. De leurs choix dépend aujourd’hui encore la qualité de nos vins.

Les Cépages

LE SAUVIGNON BLANC

Trois parcelles élaborent notre Sauvignon blanc :

- deux ont un sol profond argileux : « les Brosses » et « Les Richères ». 

Ce sol profond apporte des arômes herbacés-floraux de fruits verts, de bourgeons de cassis, de genêt qui sont typiques du Sauvignon Blanc.

        Une autre parcelle, « les Marchais Blots », a un sol beaucoup moins profond composé de Faluns jaune         et blanc. Celle-ci apporte la structure en bouche à notre Sauvignon blanc ainsi que des arômes de fruits         exotiques, de pêche et d'abricot.

       Chaque parcelle est ainsi conduite différemment pour exprimer au maximum ses propres atouts. 
       Par la suite l'assemblage à la cave déterminera le meilleur équilibre entre ses 2 différents terroirs. 

LE CHARDONNAY

Le Chardonnay est planté sur un sous-sol de Falun. Sur ce type de sol le chardonnay est très précoce, il apporte au vin des arômes floraux exacerbés et arrondit son acidité par une structure souple.

Ce cépage est aussi utilisé dans l'Anjou Méthode traditionnelle (mousseux), pour augmenter et affiner la complexité aromatique, mais également apporter une légèreté à la structure gustative. 

LE CHENIN

Le cépage Chenin a une aptitude à donner des vins très différents. La gamme des vins issue de ce cépage est complète : 

- le Blanc sec aux arômes de fruits blancs et de fleurs (tilleul, chèvrefeuille..) possédant une petite acidité caractéristique 

- le « pétillant de méthode champenoise » aux fines bulles, au cordon léger et aux notes aromatiques de brioches vendéennes.

Raisins de Chenin botrytisés

Le Chenin Blanc sert surtout à élaborer le Coteaux du Layon et le Bonnezeaux, tous les deux issus de raisins botrytisés envahis de pourriture noble. 
Le Chenin sur nos terroirs de schistes a la faculté de se concentrer pour atteindre des degrés naturels compris entre 17 et 23 % VOL selon les millésimes. Cette surmaturation peut être obtenue :
  1. soit exceptionnellement par une déshydratation naturelle des grains de raisins lors d’une arrière saison chaude et sèche (type 1997 ; 2005)
  2. soit par un développement sur la pellicule de la baie de raisin d'un champignon microscopique, dénommé Botrytis Cinerea, responsable de la pourriture noble. Ce champignon ‘injecte’ a l'intérieur du grain de raisin un mycélium, véritable ‘trompe’ qui a pour fonction de pomper l'eau nécessaire à la multiplication et à la survie du micro-organisme. De plus, la multiplication du Botrytis sur le dessus du grain affine les couches cellulaires de la pellicule et provoque ainsi une évaporation importante de l'eau emprisonnée dans ce raisin. Ce phénomène explique les faibles rendements de nos Coteaux du Layon (de 17 à 28 Hl par hectare depuis 10 ans) et justifie le prix des bouteilles. Le même cépage, sur le même terroir, mais vinifié en sec, verra ses rendements passer à 50 Hectolitres par hectare.

Les raisins ne concentrant pas à la même vitesse, nous devons ensuite récolter de manière fractionnée les raisins botrytisés au fur et à mesure de la surmaturation. 
Ces vendanges, dites par tries successives, pourront se dérouler sur 3 à 5 semaines, du 15 octobre au 15 novembre. 

Cette cueillette très particulière, qui est utilisée également en Bordelais (Sauternes…) demande un soin et une rigueur toute particulière de la part du vendangeur qui sera formé spécialement. Celui-ci apprendra à reconnaître les différentes étapes de la pourriture noble : grains verts, grains dorés, grains pourris pleins, grains rôtis ou confits et la différenciation avec la pourriture grise. 

Notre parcelle de Coteaux du Layon s’appelle « les Quarts », elle se situe sur un coteau exposé plein sud, avec une ouverture exceptionnelle sur le paysage. Le sol y est très peu profond et le schiste qui affleure à la surface du sol est très friable, les racines peuvent ainsi plonger dans la roche. Il en résulte une forte concentration aromatique et structurelle. Cette parcelle produit régulièrement des vins récompensés lors de différents concours nationaux.

Le « Bonnezeaux », qui lui aussi est un vin liquoreux, est produit au « Clos du Moulin des Quarts ». La typicité aromatique du Bonnezeaux provient du schiste, du grès, de la phtanite et du quartz qui constitue le Terroir de ce Cru des Coteaux du Layon qui ne couvre que 120 Hectares. Notre parcelle se situe sur la colline de Beauregard, qui est la plus qualitative des 3 collines de ce cru.

Nos parcelles de Coteaux du Layon et de Bonnezeaux comportent toutes les deux le nom « QUARTS ». Ce nom provient d'une coutume médiévale. Les Seigneurs de l’époque se réservaient la production du quart des terres qu'ils louaient aux fermiers. Les Seigneurs ayant observé les différences de Terroir, ils prélevaient donc leur dû sur les meilleures vignes. Ces parcelles qui étaient réservées aux seigneurs portent aujourd’hui encore le nom de « Quarts ». 

LE CABERNET FRANC

Le Cabernet Franc préfère le sol argilo-calcaire ; il a besoin d'une alimentation hydrique continu dans le temps. 

La structure des vins rouges issus du Cabernet Franc est souple et fluide et généralement peu riche en Tanins. Ses arômes sont floraux (violette) et fruités (framboise).
 

     

    LE CABERNET SAUVIGNON

Le Cabernet Sauvignon préfère les sols plus chaud et plus pierreux, il est ainsi planté sur les coteaux schisteux qui font face à notre exploitation. 

Ce cépage se récolte à une maturité plus tardive d'une dizaine de jours par rapport au Cabernet Franc, ce qui nécessite une patience indispensable.

Poussé à pleine maturité il apporte des arômes de fruits compotés à dominante cassis et une structure charnue et charpentée. 

 

"L'EFFET "MILLESIME"

Afin d'obtenir un vin rouge (Anjou Rouge gamme tradi et gamme Seigneurie de Millé) d'une belle structure et aromatique nous assemblons chaque année du Cabernet Franc et du Cabernet Sauvignon dans des proportions qui varient selon le millésime.

L'effet Millésime est très important sur nos vins rouges car nous somme dans une région viticole très septentrionale. Il est donc très important de bien « sentir le millésime» car la sélection des parcelles servant à l'élaboration de notre Anjou Rouge peut varier fortement d’une année à l'autre. 

Suivant que le cycle végétatif de la vigne a été plus ou moins ensoleillé, plus ou moins chaud, plus ou moins humide, chaque parcelle va réagir différemment. C'est l'observation de la couleur de la vigne, de sa croissance et du comportement de l'ensemble des pieds de vigne qui va nous aider à sélectionner les parcelles qui élaboreront notre Anjou Rouge. Ces données nous guideront aussi sur les méthodes de vinification de nos raisins.

Lorsque la maturité des raisins n’est pas suffisamment atteinte, nous préférons ne pas élaborer d'Anjou Rouge vendu en bouteille. Comme lors du millésime 2006.

Les Cabernets Francs et Sauvignon sont aussi utilisés pour élaborer le Cabernet d'Anjou. Pour garder toute la fraîcheur aromatique, les raisins sont cette fois-ci récoltés plus tôt que ceux destinés à l'élaboration de l'Anjou Rouge.

LE GROLLEAU NOIR

Le Grolleau noir est un cépage exclusivement cultivé dans la vallée de la Loire et quasi exclusivement en Anjou. Ce cépage est le troisième plus important de la région, après le Cabernet Franc et le Gamay. 
Lorsqu’il est taillé court pour maîtriser les rendements et la maturité atteinte il donne, après une courte macération, des rosés flatteurs et très aromatiques.

Plusieurs études conduites ces dernières années par des organismes de la recherche et du développement de la moyenne vallée de la Loire ont démontré que le Grolleau avait un fort potentiel de développement, tant pour des vins rosés légers et fruités que pour des rosés plus complexes et concentrés, et également pour des rouges en assemblage avec le Cabernet franc. Il est même considéré comme un cépage d'avenir.
Les atouts du Grolleau noir sont un faible degré alcoolique naturel à maturité et une palette aromatique florale et fruitée, caractéristiques recherchées dans la conjoncture actuelle.  

Le Rosé de Loire est issu d'un assemblage de Grolleau, de Gamay et de Cabernet.
Le Rosé d'Anjou est issu a 100 % du cépage Grolleau.
Les vieux ceps produisent des vins rouges souples, faciles à boire, aux arômes épicés, qui sont d’agréables vins de consommation courante.
 

 

Retour