NOS TERROIRS

Je vous présente ici les différents sols – terroirs – du Domaine en faisant un lien direct avec les cépages qui y sont plantés, et le résultat sur les vins.

Ce point de vue est personnel et basé sur mon expérience et mon observation de l’adéquation cépage / terroir.

Pour moi, cela n’est pas une loi, une règle fixe, car chaque millésime révèle des surprises. Seule la dégustation quotidienne des baies de raisins m’indique ce que sera la personnalité du vin.

LE SCHISTE

Le grand terroir angevin.

Le schiste est étroitement lié à la viticulture. C’est l’une des roches sédimentaires les plus communes et des plus anciennes sur terre, une roche marron ou verte, parfois rouge, à l’aspect feuilleté. Il s’agit d’une roche à grains fins, composée principalement de flocons d’argile et de minuscules fragments d’autres minéraux, le tout feuilleté par la compression de l’argile au cœur de l’écorce terrestre. Autrement dit, c’est en quelque sorte cuit comme un mille feuilles à haute pression dans les profondeurs de la croûte terrestre.
D’ailleurs, le débit en feuillet est la définition même du schiste. Ainsi, ce schiste feuilleté et fracturé donne la possibilité aux racines de la vigne de s’infiltrer dans ses fissures jusqu’à sept ou huit mètres de profondeur, là où circule naturellement l’eau de pluie.

Autre avantage, le schiste  permet aux racines de pénétrer en profondeur ce qui accroit la surface de contact entre la plante et son substrat, et d’augmenter les échanges avec les minéraux. Sur schiste, les vignes sont moins sensibles au manque d’eau. La maturité des raisins est peut-être un peu plus  lente. Il donne des vins longilignes, austères, minéraux. Les schistes favorisent aussi la finesse des arômes et amènent de la complexité au vin.

Sols schisteux versus sols argilo-calcaires

Bien des grands vignobles tant en France que dans le monde doivent leur réputation à la nature schisteuse de leur sol (les schistes d’Anjou, d’Alsace, les schistes et les grès des coteaux de Banyuls et de Collioure jusqu’aux contreforts du Massif central, du Minervois aux avant-monts de l’Hérault ou bien encore, la Corse schisteuse du nord-est, etc.).

A ce sujet, le schiste, qui contribue dans le Languedoc à la production de vins typés, a fait l'objet d'un colloque. Sur l'aire de l'appellation Faugères, l’Institut coopératif du vin a orchestré une dégustation comparative de grenache et syrah en sols argilo-calcaires et en sols de schistes. Ces derniers favorisent l'émergence dans le vin d'arômes de sous-bois, de fruits cuits et de fruits secs. Le taux d'acidité, l'amertume et la présence de tannins sont moins marqués en terrain schisteux qu'argilo-calcaire. L'alcool est par contre plus fortement perçu et la longueur en bouche a été jugée meilleure. Voir  Dico du vin

MON POINT DE VUE

Points positifs

- très bien pour élaborer des moelleux / liquoreux en Chenin
- très bien pour les blancs secs, mais nécessité d’assemblage entre les différents cépages
- très bien pour les Cabernet Franc, surtout sur l’expression aromatique et la structure tannique (contrairement à ce qui se dit souvent). Permet d’obtenir une maturité phénolique et aromatique totale, rarement atteinte en Anjou.

- permet d’avoir une typicité « terroir » très spécifique : arômes empyreumatiques (fruits noirs compotés, toastés / grillés, épicés). Donne l’impression que le vin est passé en barrique.

Points négatifs

- pas bon pour les bulles car maturité des raisins trop forte
- ne convient pas pour les rosés élaborés à partir de Cabernet Franc, qui prennent une couleur orangée, perdent leur acidité, leur fraîcheur et les arômes de fruits rouges. C’est pourquoi le Cabernet Franc qui entre dans l’élaboration de nos rosés provient d’un sol de Falun*.

Le Cabernet Franc et le Cabernet Sauvignon

Les deux cépages se marient parfaitement sur le schiste. Il n’y a donc pas de complexe à avoir pour faire des vins rouges en Anjou ! En effet, les vins sont plus sur les fruits noirs que rouges, et l’on peut élaborer de grands vins profonds, complexes, riches, comme certains Corbières, Hermitages, etc.
Pour ce faire et pour éviter une certaine austérité que l’on trouve dans certains vins de la région, il est nécessaire que l’élevage soit complet.

=> Notre SEIGNEURIE de Millé pourrait être classé Anjou Villages aux vues de sa structure et de sa concentration. Ce vin se bonifiera sur 5 ans environ.

=> Notre futur Anjou Villages sera un vin d’une garde de 10 à 15 ans et ne sera réalisé que lors de grands millésimes !!!

LE FALUN : « le vecteur de la finesse »

C’est une roche sédimentaire déposée en eaux peu profondes, composée de très nombreux débris de coquillages, cimentés par une matrice sableuse et argilo-sableuse.

C’est un sol de type calcaire, drainant, parfais pour créer des vins aromatiques et légers.

MON POINT DE VUE

Le Chardonnay, par exemple, s’y exprime pleinement. Ce sol convient aussi très bien pour les rosés.
Pour les rouges, cela peut être intéressant en assemblage si l’on veut conserver le côté fruits rouges et une certaine légèreté, par contraste avec le côté « fruits noirs / fruits confis » du schiste.

L’ARGILE

L’argile est une roche sédimentaire, composée pour une large part de minéraux spécifiques, qui présentent une structure feuilletée qui explique leur plasticité, ou bien une structure fibreuse qui explique leurs qualités d’absorption.

MON POINT DE VUE

- Très bien pour les rosés, car l’argile retenant l’eau il n’y a pas de stress hydrique
- convient aussi pour le Cabernet Franc, car l’alimentation hydrique est régulière. Ce sol permet d’élaborer des vins amples, ronds, sur le fruit, d’une complexité moins importante que sur le schiste. C’est donc parfait pour faire par assemblages des vins rouges équilibrés.

AUTRES SOLS

En plus de ces 3 principaux types de terroirs, nous avons aussi un peu de granit, des sables, et de l’argilo-limoneux qui participent aussi à la complexité de nos vins.

 
Retour